fbpx

Le Black Friday au Cameroun

Black-friday cameroun

      Depuis quelques jours, on observe une liesse au sein des médias sociaux camerounais. Ceci s’explique par la grande campagne de réduction de prix (Black Friday)  lancée par Jumia Cameroun.

Les tendances de recherche autour du thème « Black Friday » sur Google ont connu une nette évolution au cours des sept derniers jours.

Depuis quelques jours, on observe une liesse au sein des médias sociaux camerounais. Ceci s’explique par la grande campagne de réduction de prix (Black Friday)  lancée par Jumia Cameroun.  Les tendances de recherche autour du thème « Black Friday » sur Google ont connu une nette évolution au cours des sept derniers jours.
                                                                                                                          Google Trends 23 nov 2018

Par ailleurs, les mentions sociales liées à Jumia Cameroun, enregistrées au cours des derniers 24 heures, traitent pour la majeure partie du Black Friday.

 

 

social mention jumia cameroun
                                                                                                                                                                 Social Mention 23 nov 2018

Il est donc important de s’intéresser à ces pratiques commerciales autour du Black Friday et de relever les avantages et les limites. Toutefois, nous ne pouvons pas nous y atteler sans jeter un bref regard sur l’origine du Black Friday.

  • Une histoire controversée du Black Friday

Deux grands courants historiques s’opposent autour de l’origine du Black Friday.

    Le courant le plus populaire se base sur une tradition ancienne aux Etats-Unis d’Amérique. En effet, le quatrième jeudi du mois de novembre, un repas (Thanksgiving)  est organisé pour remercier Dieu pour les bienfaits accordés au cours de l’année. Au lendemain de la Thanksgiving, les commerçants proposaient des ristournes sur la majeure partie de leurs produits afin d’écouler les stocks. Ces ventes généraient de gros chiffres d’affaires. Ce qui leur permettait de ne pas écrire leurs comptes en rouge (symbole du déficit) mais en noir. Ainsi, la dénomination Black Friday serait née.

     Cependant, un courant de pensée marginale affirme que le Black Friday correspond à un jour triste pour la communauté noire. Selon eux, il s’agit du jour où les esclaves noirs invendus au cours de l’année, étaient liquidés dans le but de repartir en Afrique pour attraper de nouveaux esclaves et renouveler le stock.

Après ce retour dans un passé mitigé, nous nous intéressons au concept actuel du Black Friday dans le monde et au Cameroun.

  • Le concept du Black Friday

     Dans la plupart des pays de l’Europe et de l’Amérique, le Black Friday est célébré dès le quatrième vendredi du mois de novembre. La plupart des grandes et moyennes surfaces proposent de grosses réductions sur les prix des articles. On assiste à une grande ruée des populations  dans les magasins. Ce qui crée des longs files d’attente, des altercations, des bagarres et des bousculades. Après le Black Friday, les acteurs du commerce électronique proposent le Cyber Monday. Ils offrent des ristournes sur les  articles en ligne. Ce concept prend de différentes dénominations selon les pays : Happy Friday, Happy week-end, Crazy day

    Cependant, on note un léger essoufflement de cette pratique. En effet, les consommateurs sont de moins en moins intéressés par les bonnes affaires du Black Friday. Le constat est plus saisissant aux Etats-Unis. Ceci se justifie par l’amélioration du pouvoir d’achat des américains due à la relance économique et une multitude d’actions promotionnelles presque similaires au Black Friday et au Cyber Monday au cours de l’année.

     Pour le cas spécifique du Cameroun, la pratique est nouvelle. Les grandes et moyennes surfaces proposent généralement à l’approche des fêtes de fin d’année des soldes. Cependant, les réductions dépassent très rarement le seuil de 15%. Ce qui ne crée pas une très grande vague d’assaut de ces enseignes par les populations.

   Jumia Cameroun est la première entreprise a proposé un Black Friday. Sauf erreur de notre part, la première campagne a eu lieu en 2016. L’entreprise propose de folles réductions sur les prix des articles en ligne. Cette année, Jumia a accentué la communication autour de son Black Friday à travers des annonces sur les réseaux display et network de Google, des partenariats avec des “influenceurs Web”, des publicités tv… Ceci a suscité l’intérêt de nombreux internautes camerounais qui pour certains ont effectué leurs premiers achats en ligne.

Site web Jumia Cameroun
                                                                                                                           Site web Jumia Cameroun

L’entreprise de commerce en ligne Sellam Quick célèbre également le Black Friday. Cependant, ses efforts de communication sont peu perceptibles.

  • Les avantages et les limites du Black Friday dans le contexte camerounais

    Dans un environnement caractérisé par un pouvoir d’achat faible, les campagnes de promotion comme le Black Friday ont du succès. Elles permettent aux populations de se ravitailler à prix réduits à l’approche des fêtes de fin d’année et aux entreprises d’écouler les stocks. Cette initiative est vivement souhaitée dans les grandes surfaces comme Carrefour, Dovv, Mahima, Santa Lucia etc.

     Le Black Friday permet entre autres d’améliorer le taux d’utilisation des services d’achat en ligne au Cameroun. Bezes (2011) nous montre que les risques perçus par les consommateurs ont un grand impact sur la pratique du commerce électronique. Les risques perçus par les consommateurs  (mauvaise qualité, produit défectueux, mauvaise opération financière etc.) soient moins élevés lorsque le prix d’un produit est très bas. Ainsi, les retardataires et les sceptiques sont plus enclins à l’essai. Si satisfaction est trouvée au terme de l’achat, on a de nouveaux clients.

    Malheureusement, le Black Friday n’est pas à portée de main pour les petites et moyennes entreprises de distribution (surfaces physiques et virtuelles). Celles-ci ne peuvent pas s’y aventurer  car elles connaitront de grosses pertes financières. Ceci limite énormément leur dynamisme concurrentiel face aux grandes entreprises.

    On déplore aussi une faible adaptation du concept aux cultures camerounaises. Même la dénomination de la campagne promotionnelle ne correspond pas à une réalité locale. A notre avis, une adaptation susciterait plus d’intérêt aux yeux des consommateurs camerounais.

     Au vu de tout ce qui précède, nous apprécions cette campagne. Elle apporte du dynamisme au sein de l’environnement marketing local. Nous souhaitons qu’elle s’étende aux grandes surfaces physiques de distribution.

Auteur : Josias MIAMDJO, consultant en marketing et stratégies.

Liens utiles

http://www.culturebene.com/2107-le-black-friday-ou-le-jour-ou-les-esclaves-noirs-etaient-brades-sur-le-marche-de-la-place.html

https://www.cnews.fr/divertissement/2018-11-22/quelle-est-lorigine-du-black-friday-769691

https://www.notrereveamericain.fr/le-black-friday-aux-usa/

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/distribution/20141201trib9611a97e6/black-friday-cyber-monday-pas-de-si-bonnes-affaires.html

http://www.lefigaro.fr/conso/2016/11/25/20010-20161125ARTFIG00013-les-limites-du-black-friday-a-la-francaise.php

https://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2011-8-page-404.htm

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire