Controverses autour des concerts de Jovi et Tekno

concerts-tekno-jovi

    Annoncés pour les 18 et 20 avril à Yaoundé et à Douala, les concerts de Jovi et Tekno sont de plus en plus contestés. Tout est parti d’un courrier de la fondation camerounaise des consommateurs adressé au ministre de l’administration territoriale. Dans cette lettre, deux principales critiques sont formulées  à l’égard de la marque Johnnie Walker, organisatrice du concert.

La première est relative à la prétendue  violation de la loi n°2011/012 du 6 mai portant protection du consommateur. En effet, elle dispose en son article 12 alinéa 1 que la vente ou l’acquisition d’une technologie, d’un bien ou d’un service conditionnée à l’achat d’une autre technologie, bien ou service par le même consommateur est interdite et doit être réprimée.

A ce sujet, l’accès au concert est conditionné par l’achat d’une bouteille de Johnnie Walker Red Label 75 cl. Ce qui serait contraire à la loi selon la fondation camerounaise des consommateurs.

En second point, l’association des consommateurs reproche aux organisateurs du concert de cibler les jeunes de moins de 21 ans. Elle s’appuie sur l’âge de la quasi-totalité des artistes invités : Tekno (26 ans), Minks  (27 ans), Shura (25ans) et Ko-c (26ans) pour justifier son argument. En principe, la fan base de ces artistes est composée en majorité  des jeunes de moins de 21 ans.

Avec la polémique actuelle autour de la délinquance juvénile au Cameroun,  cette actualité autour des concerts de Jovi et Tekno alimente de nombreuses discussions au sein des médias sociaux.

Sans entrer dans le débat, il apparaît nécessaire pour les praticiens du marketing de nos entreprises de s’entourer de conseils juridiques. Il existe de nombreuses lois autour du droit et de la protection des consommateurs au Cameroun qui sont le plus souvent ignorées.

Par ailleurs,  le marketing éthique se revêt très important dans le cas de figure actuel. Comment se rassurer de la majorité civile des souscripteurs à la promesse d’achat d’une bouteille de Red Label contre un ticket de concert ?

Il existe de plus en plus de mouvements de contestation et des associations de consommateurs au Cameroun. La dynamique des médias sociaux favorise la portée de leurs messages. Les entreprises doivent s’apprêter à faire face dans les prochaines années à des groupes de pression de plus en plus nombreux.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *