fbpx

Kadji beer : présente sur les médias mais rare dans les bars

Kadji beer

La marque Kadji beer nous invite depuis quelques années à la consommer grâce à  de nombreux supports de communication média (spots Tv, affiches…). Après une grande période de frilosité, cette marque revient challenger les autres marques populaires de bière au Cameroun sur le plan communicationnel. La qualité des créations publicitaires ne laisse pas les consommateurs de bière indifférents.

Dans la ville de Yaoundé, la marque apparaît dans les préférences des consommateurs. Durant deux semaines, nous avons observé dans une vingtaine de bars de trois arrondissements de Yaoundé, l’absence du produit. A chaque fois, nous avons sollicité ce produit mais il n’était pas disponible. Nous avons aussi constaté que d’autres consommateurs souhaitaient également savourer Kadji beer. Malheureusement, les points de vente ne référençaient pas cette marque. Il apparaît la disponibilité limitée du produit dans certains quartiers de la ville de Yaoundé.

Comment peut-on s’investir dans des communications de masse sans s’assurer de la grande disponibilité numérique du produit ?

C’est une question qui nous paraît essentielle pour toute entreprise. Avant de s’engager dans de vastes campagnes de communication, il est toujours recommander de positionner le produit dans le maximum possible de points de vente. Cependant, ce pré requis ne semble pas respecté pour la marque Kadji beer. En ce moment, la communication atteint juste les objectifs de notoriété, d’affection et de création de désir. Lorsque la cible  veut acheter le produit, elle ne le trouve pas et se tourne vers une marque concurrente.

Qu’est ce qui peut expliquer notre constat ? 

A prime abord, les stratégies de production et de distribution des produits Kadji beer peuvent être remises en cause. D’une part, les quantités produites sont peut-être inférieures à la demande. D’autre part, les objectifs de distribution numérique pourraient ne pas être  répartis de façon optimale au sein des villes du pays.

En outres, il peut s’agir des actions des concurrents qui visent à limiter la présence de la marque dans les points de vente. Ainsi, ils fournissent davantage  d’efforts dans la relation producteur-distributeur (assistance, coaching, récompenses…).

Les problèmes de distribution sont permanents au sein des entreprises. Il existe plusieurs stratégies de distribution qui doivent aligner aux stratégies de communication correspondantes. UCB a réussi à améliorer la distribution numérique de ses jus en quelques années. Alors, on peut croire que le cas de la Kadji Beer sera résolu dans les prochains mois.

Articles similaires : 

Les erreurs des entrepreneurs du e-commerce au Cameroun.

Les camerounais ne consomment pas local : une assertion fausse.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *