Le social commerce : avenir du e-commerce au Cameroun ?

social-commerce

Au cours des cinq dernières années,  Facebook, Twitter ou encore Whatsapp sont devenus des plateformes sociales incontournables au Cameroun. Les entreprises et les commerçants ont trouvé nécessaire de développer des stratégies de présence au sein de ces espaces pour prospecter et conquérir des clients.

Le secteur du commerce électronique n’est pas en reste de cette tendance. Par exemple,  91% des 26-35 ans achètent des produits sur Whatsapp, 68% sur Facebook et 55% sur des sites de vente en ligne. De même, le premier  moyen de cognition d’un site de commerce électronique au Cameroun est l’animation sur les médias sociaux (Cabinet Dina Surveys, 2019).

Ainsi, le social commerce devient prépondérant dans les pratiques de vente en ligne au Cameroun. Les réseaux sociaux sont des lieux de présentation des produits et services du e-commerce, d’achat, d’échange entre acheteurs et entreprises, de recommandation de produits…

Tout internaute peut vendre un produit ou un service à un autre. Ceci s’observe de plus en plus par la création des forums ou des groupes de petites annonces sur Facebook,  Twitter et Whatsapp. En sus, Facebook et Twitter propos en déjà des boutiques.

Ceci n’est pas sans conséquences. Nous présentons quelques  implications de cette situation.


– la naissance
d’une concurrence déloyale

Les sites de commerce électronique formels font désormais face à des unités informelles qui se déploient en toute quiétude sur les réseaux sociaux

– l’amélioration du taux de pénétration du commerce électronique au Cameroun 

Les discours officiels présentant un taux d’utilisation des services de commerce électronique autour de 4% au Cameroun. Malheureusement, ce chiffre n’est pas exact car il ne retient que les données de navigation sur les sites Web d’achat et/ou de vente en ligne. Les réseaux sociaux permettent de faire des achats ou des ventes  difficilement détectables. Le taux de pénétration doit être plus important.

– la naissance du métier d’e-vendeur indépendant

De plus en plus, certains commerçants proposent leurs produits et services sur de nombreux groupes de vente. Ils arrivent ainsi à trouver de nouveaux clients. Ces personnes n’ont pas de sites Web ou de pages sociales  mais s’investissent pour poster des annonces sur les réseaux sociaux.

Face à ces évolutions, nous pouvons déplorer la vétusté des lois actuelles sur le commerce électronique au Cameroun. Elles ne correspondent plus aux réalités actuelles.

Il devient urgent pour les entreprises  de commerce électronique d’améliorer leurs stratégies de présence sur les réseaux sociaux. On peut apprécier la dynamique des sites Web comme  Jumia ou Afrimarket. Cependant, sur plus d’une centaine de sites Web de commerce électronique au Cameroun, la majeure partie ne développent pas une véritable  stratégie de social commerce. Pire, certains sites ne sont pas présents sur Facebook ou Twitter.

Le social commerce est devenu incontournable pour toute activité de commerce électronique à grande échelle. Il reste à s’offrir des compétences (social media management, social media listening, community management…) et des moyens financiers pour en tirer profit.

 

Auteur : Josias MIAMDJO, consultant en marketing & stratégies.

 

Liens utiles :

https://sophieturpaud.com/2016/08/16/cest-quoi-le-social-commerce-en-fait/

https://www.ecommerce-nation.fr/social-commerce-reseaux-sociaux-pour-ecommerce/

https://www.e-marketing.fr/Thematique/social-media-1096/Breves/Comment-profiter-social-commerce-332534.htm

 

Articles similaires :

http://cameroonmarketbiz.com/rapport-etude-e-commerce-cameroun/

http://cameroonmarketbiz.com/developpement-commerce-electronique-cameroun-80-a-nos-jours/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *